Contrefaçons & Saisies

Nouveau rapport de l'EUIPO : Les fabricants européens de vêtements, de cosmétiques et de jouets subissent d'importantes pertes financières dues à la contrefaçon

Les vêtements, les chaussures, les cosmétiques et les jouets figurent souvent sur les listes de souhaits des consommateurs pendant les vacances et la période des soldes.

Les vêtements, les chaussures, les cosmétiques et les jouets figurent souvent sur les listes de souhaits des consommateurs pendant les vacances et la période des soldes. Cependant, bien que ces biens de consommation génèrent un chiffre d'affaires annuel de plusieurs centaines de milliards d'euros dans l'Union européenne, ils sont très sensibles à la contrefaçon. Cette dernière, entraîne non seulement des problèmes de santé et de sécurité pour les consommateurs, mais a également des conséquences économiques. Les ventes annuelles de produits contrefaits dans ces secteurs s'élèvent à 16 milliards d'euros, ce qui entraîne la perte de près de 200 000 emplois dans le secteur légitime. 

Ces conclusions sont tirées d'une étude publiée par l'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO), qui examine l'impact économique de la contrefaçon sur les secteurs de l'habillement, des cosmétiques et des jouets.


Quelles sont les pertes financières subies par les entreprises de l'UE lié à la contrefaçon ? 

Basée sur les données des années 2018-2021, l'étude de l'EUIPO a révélé que les ventes de vêtements et de chaussures, de cosmétiques et de jouets légaux, ont subi, respectivement des pertes annuelles de 12 milliards d'euros, 3 milliards d'euros et 1 milliard d'euros. Les pertes les plus importantes dans ces secteurs proviennent de l'Allemagne, de la France, de l'Italie, de l'Espagne et de l'Autriche, avec près de 8 milliards de dollars de réduction des ventes de produits authentiques.

Certains pays sont plus touchés que d'autres par les produits contrefaits, avec des différences significatives dans les types de produits. L'industrie du jouet est particulièrement vulnérable. Le rapport indique que dans l'ensemble de l'UE, ce secteur subit une perte moyenne de 8,7 %, avec des pourcentages à deux chiffres dans plus de la moitié des pays de l'UE. Malte (16,2 %), la Croatie (14,2 %), Chypre (14,1 %), la Hongrie (13,7 %) et la Slovénie (13,1 %) sont les cinq pays où la vente de jouets sont les plus exposées à la contrefaçon. Avec une perte de 334 millions d'euros, l'Allemagne est le pays le plus touché, représentant un tiers de toutes les ventes perdues dans le secteur du jouet dans l'Union européenne.

Le plus grand secteur analysé dans l'étude en termes de vente est celui de l'habillement et de la chaussure. Il a enregistré une perte d'environ 5 % en Europe, avec Chypre (10,7 %), l'Irlande (10,2 %), le Luxembourg (9,2 %), la Lituanie (9,1 %) et l'Estonie (8,7 %).

Sur les trois secteurs examinés, c'est l'industrie cosmétique qui a le moins souffert de la contrefaçon. Le rapport de l'EUIPO fait état de pertes représentant un peu moins de 5 % des ventes totales dans l'UE. L'industrie française des cosmétiques est la plus touchée, avec un manque à gagner annuel de 800 millions d'euros. En outre, le rapport fait état de pertes importantes en Bulgarie (8,7 %), à Chypre (7,9 %), en Roumanie (7,9 %), au Portugal (7,7 %) et en Hongrie (7,6 %).


Quelles sont les conséquences de la contrefaçon en dehors des pertes financières ? 

Outre les pertes financières, le rapport indique que la contrefaçon dans les secteurs des cosmétiques et des jouets, en particulier, peut présenter des risques importants pour la santé et la sécurité des consommateurs. Une évaluation de la menace que représente la criminalité liée à la propriété intellectuelle réalisée par l'EUIPO en 2022 montre que les produits potentiellement dangereux représentent 15 % des produits de contrefaçon saisis aux frontières extérieures de l'UE.

L'étude de l'EUIPO sur l'évolution des ventes dans ces trois secteurs met en évidence l'importance de la contrefaçon pour les entreprises légitimes, qui souffrent d'une baisse des ventes et, en conséquence directe, emploient moins de personnel.

Selon l'étude de l'EUIPO, qui se base sur des données de 2018 à 2021, 160 000 emplois seront perdus dans le secteur de l'habillement (why is this sentence in the future tense when it should be in the past? it's the same in the English version. Suggestion for the French version: 160 000 emplois ont été perdus dans le secteur de l'habillement), 32 000 dans le secteur des cosmétiques et 3 600 dans le secteur des jouets. Le rapport montre que l'Allemagne, le plus grand marché de consommation de l'UE, perd près de 45 000 emplois. D'autres grands pays subissent des pertes dans les secteurs de l'habillement, des cosmétiques et des jouets, notamment l'Italie (24 241), la Pologne (18 244), l'Espagne (15 044) et la France (14 427).


"Les produits de contrefaçon ont un coût réel - pour les consommateurs, pour les marques et pour nos économies. Cette dernière étude montre les coûts très réels en termes de pertes de revenus et d'emplois dans l'UE."

João Negrão, directeur exécutif de l'EUIPO


Pourquoi les consommateurs achètent-ils des produits contrefaits ?

La première raison pour laquelle les consommateurs optent pour des produits contrefaits est la perception que le prix du produit original est excessivement élevé. Selon une étude menée par l'EUIPO en juin 2023, un tiers des Européens considèrent qu'il est acceptable d'acheter des produits contrefaits. Chez les jeunes, cette proportion atteint la moitié. 


Comment lutter contre la contrefaçon dans ces secteurs ? 

SCRIBOS est spécialisée dans le développement et la fabrication de solutions anti-contrefaçon innovantes et efficaces qui peuvent être combinées avec notre plateforme numérique de pointe SCRIBOS 360. Nous proposons trois catégories de solutions : étiquettes de sécurité, solutions de sécurité imprimées et scellés de sécurité. Ces solutions efficaces de protection des marques donnent aux propriétaires de marques les moyens de lutter contre la contrefaçon, le marché gris et la surproduction non autorisée dans l'industrie de l'habillement, des cosmétiques et des jouets. 

Pour lire un scénario d'application réelle, veuillez lire notre étude de cas sur les cosmétiques concernant le problème de contrefaçon rencontré par la marque Nivea

Article rédigé en coopération avec l'Anti-Piracy Analyst

Auteur

Sabine Carrell, International Communications Manager chez SCRIBOS

Des questions ?

Laissez-nous vous aider encore davantage !

Prenez rendez-vous avec notre expert en protection des marques, Christoph Stegemann, pour commencer à protéger votre marque et vos revenus. 

Envoyez un courriel ou appelez-le :

+49 152 083225 26

Captcha image